top of page
  • Musical et Cie

Les téméraires

Ce vendredi 9 décembre Musical & Cie a fait un voyage de plus de 120 ans dans le passé en 1894 pour être exact. )

Durant une heure et trente minutes, nous nous sommes retrouvés au cœur de l’affaire Dreyfus dans laquelle Emile Zola et Georges Méliès vont s’associer pour lever les zones d’ombres sur une des plus grandes affaires judiciaires.

Nous avons assister à deux combats, l’un littéraire et l’autre cinématographique.

L’écriture de l’article le plus célèbre de notre Histoire associée à la création du premier film de 11 min censuré en France (mais pas à l’étranger) qui deviendra le premier film politique et feront éclater la vérité.


Romain Lagarde dévoile, avec une grande sincérité et beaucoup de justesse, un Zola finalement aussi fragile que célèbre.

En effet, l’auteur est en mal d’inspiration jusqu’à ce qu’il décide (contre l’avis de tous et malgré de nombreux obstacles) de publier le fameux « J’accuse » plutôt que d’écrire la suite des Rougon-Macquart.

Il s’agit clairement d’ « un article pour les juifs », d’une prise de position qui fait voler en éclat la réputation d’antisémite de cet homme dont nous découvrons également la vie privée.

Celle-ci est au moins aussi tumultueuse que sa vie publique…


Son épouse Alexandrine est interprétée avec toute la force et l’amour nécessaires pour incarner cette femme meurtrie par Sandrine Seubille.

Barbara Lamballais joue le rôle de Jeanne sa Maîtresse avec beaucoup de sensibilité.

Elle joue également trois autres rôles notamment celui d’une drôle de serveuse anglaise.

Mais elle n’est pas la seule à passer d’un personnage à un autre.

Même Stéphane Dauch devient Charpentier alors qu’il tient le rôle de Georges Méliès loufoque et survolté.

La touche comique de l’œuvre « Les téméraires » repose d’ailleurs sur le tournage de ce film (un film dans la pièce donc).


Au total ce sont 30 personnages qui passent « entre les mains » des 7 comédiens présents sur le plateau et plusieurs d’entre-eux (notamment Sandrine Seubille) passent aussi derrière le piano.

Les changements de rôles se font à la vitesse de l’éclaire et ne nuisent absolument pas à la fluidité du spectacle qui est très dynamique notamment grâce au décor savamment conçu.


Ajoutons à l’exemplarité du jeu des comédiens et à l’intelligence du décors un texte particulièrement bien ciselé et instructif.

C’est une belle leçon d’espoir, de force et de courage que nous donne ces deux hommes qui se sont dressés contre la société et les autorités de leur époque…

Tous les éléments sont réunis pour faire un spectacle d’une rare qualité et qui prend malheureusement, au vue de l’actualité, une résonnance toute singulière.


A ne pas rater donc. C’est au Théâtre de la Comédie Bastille jusqu’au 07 janvier 2024, les mercredi à 19h, les jeudi et samedis à 21h, les dimanches à 17h.



*****

De Julien Delpech & Alexandre Foulon

Mise en scène : Charlotte Matzneff

Avec : Arnaud Allain, Stéphane Dauch (ou Aurélien Houver), Armance Galpin, Romain Lagarde, Barbara Lamballais, Sandrine Seubille, Thibault Sommain.


*****

Les photos de ce site sont protégées par droits d'auteur, et par l'article L. 122-4 du code de la propriété intellectuelle.

Toute utilisation sans autorisation sera passible de poursuites.

N’hésitez pas à nous contacter pour toutes utilisations






 

48 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
Post: Blog2_Post
bottom of page